A PROPOS

Renaissance et Patrimoine de Valréas est une association loi 1901 créée en 2005.

ADRESSE

Espace Jean Duffard

43, Cours Victor Hugo

84600, Valréas

 

patrimvalreas@gmail.com

RECEVOIR NOS EMAILS D'INFORMATIONS

© 2018 Guillaume SAINT-DONAT pour Renaissance et Patrimoine de Valréas

Chapelle des Pénitents Blancs

La nef est précédée d'un vestibule ou antéchapelle caractéristique des chapelles de Pénitents : les deux parties étant séparées par une grille.


C'est cette première partie qui a été l'objet de toutes nos préoccupations (financières) ainsi que celle des pouvoirs publics (dont mairie, propriétaire) : sous la direction des Bâtiments de France, le revêtement bleu a été remplacé par un revêtement coquille d’œuf de 2 tons (nervures en bois de la voûte) ; sous- bassement faux marbre dans l'esprit du temps.

Nous avons également contribué au remplacement de la colonne fendue du Christ du jardin.


Mais nous avons surtout contribué à la restauration de 2 toiles exceptionnelles :


- une monumentale adoration des bergers, riche en symboles ; cette toile était recouverte sur 3 côtés par un lourd cadre en bois, la partie inférieure avait été retournée sur 50 cm nous privant d'objets symboliques, le jour passait à travers le tissu... Seule une autre œuvre de cet artiste artésien nous est connue ; son nom et la date figurent sur la toile : Constantin Testard, 1613. La présence de 2 franciscains parmi les personnages du tableau trahirait-elle son origine : Cordeliers ou Capucins, monastères franciscains tous deux présents autrefois à Valréas ?


- un second tableau de dimension plus modeste mais d'un intérêt certain ; il s'agit d'un gisant du Christ, représentation rare mais relativement courante dans le cercle restreint des Pénitents particulièrement actifs lors des cérémonies de la Semaine Sainte ; de format horizontal, ces tableaux ont précédé nos reposoirs en étant déposés devant l'autel le Vendredi-Saint ; la plupart de ces décors, fragiles, utilisés une seule fois l'an, puis tombés en désuétude sont devenus particulièrement rares aux dires du restaurateur, grand spécialiste du sujet.

 

D'autres projets sont à l'étude (grandes scènes du chemin de croix de la nef, gloire et autel, petit orgue...). Mais pour l'heure la priorité est au gros œuvre : suite à un récent sinistre, le clocheton a été déposé et doit être refait à l'identique... et les bâtiments de France envisagent la réfection de la toiture...