A PROPOS

Renaissance et Patrimoine de Valréas est une association loi 1901 créée en 2005.

ADRESSE

Espace Jean Duffard

43, Cours Victor Hugo

84600, Valréas

 

patrimvalreas@gmail.com

RECEVOIR NOS EMAILS D'INFORMATIONS

© 2018 Guillaume SAINT-DONAT pour Renaissance et Patrimoine de Valréas

Le Cloître des Cordeliers

Dans le chapitre « Notre Patrimoine » , chacun peut découvrir le plan et l'histoire de ce cloître situé en plein centre de notre ville mais si peu connu car non accessible aux visiteurs.
Nous souhaitons qu'il soit un jour restitué au public en proposant une restauration et un programme de ré-utilisation.

A noter qu'un bail emphytéotique de 99 ans a été signé le 31 juillet 2001 entre l'Association des Oeuvres Paroissiales de Valréas , propriétaire des lieux à cette époque, et la commune de Valréas. Aujourd'hui, et ce depuis novembre 2010, le cloître est propriété du Diocèse. Le bail emphytéotique reste détenu par la commune de Valréas.


Le projet de restauration est ancien . Voici la chronologie des différentes études établies pour sa réhabilitation depuis l'année 2000 par les municipalités successives et les premières réalisations.
Avec l'aide des Monuments Historiques, ont été entreprises :


2001 : la mise hors d'eau de la toiture du cloître et la restauration de son campanile
2002 : l'Etude Préalable à la remise en valeur du cloître et des bâtiments conventuels. « Cette étude vient à la suite d'importants travaux qui ont permis la restauration du clocher, des façades et des toitures de l'église. Son objectif est la mise en valeur ( ... ) du cloître largement remanié. L'ensemble est aujourd'hui dans une position difficile ». Ainsi s'exprimait en 2002, Didier REPELLIN, Architecte en Chef des Monuments Historiques, au début de cette étude réalisée avec Laurent Volay, Architecte du Patrimoine DPLG, Bertrand Barbe, Dessinateur, Emilien Boutticourt, en maîtrise d'Archéologie, Cécile Fourrichon élève en 4 ème année d'architecture à l'époque, et Jean-Yves Dubois, Economiste, Vérificateur des monuments Historiques.
– 2004 : la convention de maîtrise d'ouvrage entre l'Etat et la Commune
– 2005 : la convention de maîtrise d'oeuvre pour l'élaboration du Projet Architectural et Technique, et du projet de consultation des entreprises. La restauration du cloître est prévue en 5 tranches dont 1 ferme et 4 tranches conditionnelles pour un montant prévisionnel des travaux de 1 651 935,70 € HT.
2006 : la demande de classement au titre des Monuments Historiques de l'église en totalité avec sa chapelle sud. Cette demande est approuvée par le Conseil Municipal du 24 avril 2006.
2008 : reprise du portail ouest de l'église


Dès sa création, notre association s'est intéressée à ce dossier et l'a même cité parmi les objectifs prioritaires dans son article 2 de ses statuts ( 2005 ).


En 2017, nous apprenons la nomination d'un Chargé de Mission pour la préservation du Patrimoine . Immédiatement, nous montons un dossier pour attirer l'attention de Stéphane BERN sur notre Cloître des Cordeliers. Il a été posté par courrier recommandé le 21 octobre 2017. Dès le 30 octobre, nous étions informés par courriel que « nos objectifs permettaient dans un premier temps de répertorier notre demande ». Nous apprenions ensuite par la Fondation du Patrimoine que notre dossier était remarqué. Mais c'est le site du Barry à Bollène qui a finalement été retenu pour le Vaucluse en 2018.


Monsieur Didier Répellin consulté nous informe que l'Etude faite en 2002 est trop ancienne pour être ré-évaluée : il faut donc tout reprendre à zéro ...
Nous avons alors repris contact avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) , Service de la Conservation Régionale des Monuments Historiques. En concertation avec les services de la Ville, Madame Audin , ingénieur du Patrimoine , est venue visiter le site ainsi que plusieurs autres édifices de la Ville. Son rapport nous est parvenu le 20 décembre 2018. Nous attendions les décisions de la ville quand nous découvrons le 27 mai 2019 que le cloître était à vendre ! (voir article paru dans La Tribune le 30 mai 2019).
Il est important que la ville conserve son bail emphytéotique de 99 ans qui lui permet par contrat la pleine jouissance de ce bien , d'y faire des investissements largement amortis en 99 ans, même si, en fin de contrat, ces travaux reviennent au propriétaire.

Notre projet :


– conserver le bail emphytéotique à tout prix
– faire une étude de faisabilité comme le conseille Madame Audin
– chercher des financements et solliciter le mécénat
– proposer un programme de ré-utilisation et d'ouverture du site au public :

   créer un lieu de rayonnement culturel avec une bibliothèque / médiathèque par exemple